Le 17 octobre 2014, la commune de Chambourcy fait l’acquisition de la maison André Derain. Mais tout d'abord un peu d'histoire...

 Dès 1726, lors de transactions, certains actes notariés font état de cette propriété qui, par ailleurs, apparaît sur un ancien plan de Chambourcy datant de 1786.

Cette demeure qui a appartenu aux familles illustres des Bigot de Sainte Croix (dernier ministre des affaires étrangères de Louis XVI), des Bassan (marchands d’estampes) puis à André Derain et à sa famille est l’une des plus anciennes maisons du village ; l’on peut situer sa construction à la fin du XVIIème siècle.

Une maison atypique


E 4.4 La Maison André Derain 3Le toit avec ses deux parties est caractéristique du début du XVIIIème siècle : fait de tuiles anciennes pour le terrasson et en d’ardoises d’Angers pour le brisis ; on remarquera les arêtes latérales en pente douce pour le coyot ; d’autres éléments caractéristiques sont : 

le  fronton avec son oculus, les lucarnes à la Mansart…
Des modifications architecturales ne furent pas toujours très heureuses : en particulier les fioritures autour des fenêtres, la tourelle à gauche… la Rotonde qui s’ouvre sur le parc, de construction plus récente (début du XXème siècle) où Derain avait installé son atelier réservé aux grands formats.

 

Le peintre André Derain acquit la propriété le 23 juillet 1935.

E 4.4 La Maison André Derain 2L’artiste y vécut, avec sa famille, jusqu’à sa mort, le 8 septembre 1954. Alice Derain, son épouse, s’y éteignit le 20 juillet 1975, à l’âge de quatre vingt onze ans. La nièce de l’artiste, Geneviève Taillade, qui fut aussi l’un de ses modèles privilégiés, habita encore cette maison durant une douzaine d’années.

 

De nombreux artistes furent reçus en amis à la Roseraie.

Georges Braque, Balthus, André Dignimont, Albrto Giacometti, André Dunoyer de Segonzac, François Hugo et Francis Carco, Blaise Cendrars, Pierre Reverdy, Luise de Vilemorin, Elise et Marcel Jouhandeau, Edmonde Charles Roux et Paul Poiret, Serge Lifar et Georges Auric, Henri Sauguet et Jean Renoir, Ambroise Vollard.

Le 14 avril 1988, le Docteur Albert Badault, chirurgien, et son épouse, très attachés à la renaissance de ce lieu de mémoire en Yvelines, acquirent cette propriété pour y vivre avec leurs enfants et entreprirent, rapidement, d’importants travaux.

La demeure du peintre fauviste désormais propriété de la commune. Un vaste projet de rénovation est en cours.